Cadres : gagner moins pour… être embauché ?

Par Europe1.fr et Carole Ferry

Publié le 24 février 2012 à 14h44 Mis à jour le 24 février 2012 à 14h44

"En pleine crise quand un cadre a plus de 40-45 ans, c'est une vraie galère pour qu'ils soient reconnus".

"En pleine crise quand un cadre a plus de 40-45 ans, c'est une vraie galère pour qu'ils soient reconnus". © MAXPPP

Touchés par le chômage, ils seraient nombreux à accepter de baisser leur salaire un emploi.

Quelles concessions seriez-vous prêt à faire pour retrouver du travail ? C'est la question posée par l'institut de sondage Opinion Way-Opcalia. Selon l'étude, la moitié des licenciés économiques qui ont retrouvé du travail ont accepté de sacrifier une part de leur rémunération. Une situation particulièrement marquée chez les cadres.

C'est notamment le cas de Sybille. Ancienne cadre dans une grande banque, elle a été licenciée à son retour de congé maternité. L'argument invoqué par sa direction : la crise. Impossible ensuite de retrouver un poste équivalent. Elle a donc choisi d'accepter un emploi dans la finance, mais moins qualifié et forcément moins bien payé. Contactée par Europe 1, elle raconte les difficultés auxquelles elle s'est confrontée pour retrouver un travail.

Moins 30% de salaire

"Un travail équivalent, c'était quasiment introuvable. Donc, très vite, je me suis dit que le monde avait changé que si je ne m'adaptais pas à ce monde-là, je serai sur le bord de la route à attendre", raconte-t-elle. Sybille a donc été contrainte de revoir ses prétentions salariales à la baisse. "J'ai quand même baissé de 30% de salaire, plus de responsabilité de management", poursuit-elle.

Cette dernière reste toutefois positive et s'estime heureuse d'avoir un emploi. "Plutôt contente de trouver un travail qu'autre chose parce que je pense qu'aujourd'hui, il y a beaucoup plus de gens qui sortent que de gens qui entrent. J'étais avant tout soulagée de retrouver quelque chose et surtout soulagée de ne pas être au chômage", commente-t-elle.

Bien souvent, les personnes prêtes à baisser leur salaire n'osent pas en parler. C'est notamment le cas d'une ancienne DRH joint par Europe 1, qui a préféré garder l'anonymat. Elle déplore le manque de reconnaissance du parcours effectué. Elle a dû diviser son salaire par deux.

Ne pas se dévaloriser

Pour le président de l'Association nationale des DRH, Jean Christophe Siderras, il ne faut pas accepter tous les compromis. Selon lui, cette posture dévalorisante peut être contre-productive pour le salarié. "Le conseil que l'on peut donner aux candidats, c'est de ne pas donner l'impression qu'ils sont prêts à tout pour obtenir un emploi. On a plutôt envie d'engager des gens dans la durée. Donc, on ne doit pas avoir le sentiment de quelqu'un qui prend un poste en se disant : 'j'ai un emploi tout de suite ça vaut mieux, et dès que je trouve autre chose, je partirai si c'est mieux payé' ", constate le spécialiste joint au micro d'Europe 1.

Il ne faut pas non plus se rabaisser, conseille encore Jean Christophe Siderras. "Il ne faut pas se dévaloriser, il ne faut pas inquiéter l'entreprise quant à l'engagement qu'on prend. On peut accepter une baisse de salaire mais elle doit restée limitée. Jusqu'à 15%, 20% de moins mais au-delà, cela ne paraît pas approprié", commente-t-il.

Selon l'étude d'Opinion Xay les femmes sont plus nombreuses à accepter des baisses conséquentes de leur salaire. 53% d'entre elle retrouvent un travail en acceptant de revoir leur salaire à la baisse après un licenciement.

L'autre catégorie correspond aux personnes ceux qui ont travaillé plus de dix ans dans la même entreprise. Après avoir gravi tous les échelons, ils sont obligés de redescendre quelques marches quand ils perdent leur emploi.

"Senior" de plus en plus tôt

Enfin, la catégorie la plus touchée reste les seniors. D'autant qu'aujourd'hui, on est "vieux" de plus en plus jeune selon Marie José Kotlicki, secrétaire général de la CGT des cadres. "En pleine crise quand un cadre a plus de 40-45 ans, c'est une vraie galère pour qu'ils soient reconnus en tant que cadre dans un nouveau poste. D'ailleurs les cadres qui recherchent un emploi ont aujourd'hui de plus en plus de mal pour retrouver un emploi au statut cadre. Et on a l'impression que les patrons utilisent le facteur crise comme un effet d'aubaine", déplore-t-elle au micro d'Europe 1.

En cette période de crise, le secteur le plus touché par les licenciements est donc celui de la finance, et notamment des banques d'investissement. La banque Dexia est en cours de démantèlement, tandis que la Société générale et la BNP Paribas ont annoncé la suppression de plusieurs centaines d'emplois.

Autre secteur très touché, l'automobile. L'heure est en effet aux économies pour Peugeot PSA et Renault, et les syndicats craignent de nouveaux licenciements après la présidentielle. Selon les professionnels, la situation devrait durer jusqu'à 2014.

  • a a
2

Et aussi

En ce moment sur Europe 1

Les dernières infos économiques
  1. 16h07

    Économies : le détail des 50 milliards sur 3 ans

  2. 13h51

    Plan de stabilité : "un bras d'honneur politiquement correct"

  3. 12h07

    Déficit : le gouvernement table sur 3,8% en 2014, 3% en 2015

  4. 09h35

    Combien d'euros en moins dans le portefeuille des retraités ?

  5. 07h04

    Croissance : le Haut conseil des finances publiques plutôt optimiste

  6. Hier

    Suisse : bientôt un Smic à 3.240 euros ?

  7. Hier

    Economies : "Le dialogue avec le gouvernement continue" (Le Roux)

  8. Hier

    L'incompétence coûte cher aux entreprises françaises

  9. Hier

    Le château de Catherine Deneuve est en vente

  10. Hier

    Lepaon appelle les salariés à se "mobiliser"

  1. Hier

    Taxis : la fréquentation en baisse de 20% ?

  2. Hier

    Déficit : les trois scénarios alternatifs du PS à la méthode Valls

  3. Hier

    Xavier Beulin : les charges des agriculteurs "vont baisser de 3%"

  4. Hier

    Dosettes : Nespresso s'engage à modifier ses pratiques commerciales

  5. Hier

    Réduction des déficits : Montebourg veut des "contreparties" de Bruxelles

  6. Hier

    La Redoute supprime son "gros catalogue"

  7. Hier

    Reims : bonne nouvelle sur le front de l'emploi

  8. Hier

    La création d'entreprises en baisse en mars

  9. Hier

    PSA : en colère, ils offrent leurs primes aux Restos du Coeur

  10. Hier

    Smic : la proposition de Gattaz est "esclavagiste"

  1. Hier

    Angola : le projet à grande échelle de Total

  2. Hier

    3% de déficit : Sapin promet de les atteindre sans délai

  3. Hier

    Les eurodéputés votent l'union bancaire

  4. Hier

    Nantes : la fermeture de l'usine de la Seita confirmée

  5. Hier

    Smic : la proposition choc de Pierre Gattaz

  6. Hier

    La Société Générale condamnée à payer 2 millions d'euros

  7. Hier

    Ecotaxe : Royal veut faire payer les camions étrangers

  8. Hier

    Tarifs EDF : Pas de hausse avant le mois d'août

  9. Hier

    Alstom : 180 postes menacés en France

  10. Hier

    Quand l'Allemagne embauche, c'est toute l'Europe qui se précipite

  1. Hier

    Jeux en ligne : les paris sportifs ont la cote

  2. Hier

    Sapin : "3% en 2015, c'est notre stratégie budgétaire"

  3. Hier

    Nantes : l'usine de la Seita devrait fermer

  4. Hier

    Les banques ont supprimé 80.000 postes en 2013

  5. Hier

    La BCE envisage d'agir contre l'euro fort

  6. Hier

    SFR : Bouygues s'estime victime "d'anomalies"

  7. Hier

    Les chiffres de Pôle emploi labellisés

  8. Hier

    La Cour des comptes épingle l’endettement des hôpitaux

  9. Hier

    La Sécu a dépensé 1,4 milliard de moins que prévu en 2013

  10. Hier

    "Guerre des oursons" : Lindt reprend l’avantage

  1. Hier

    Electricité : la justice impose une hausse rétroactive des tarifs

  2. Hier

    FagorBrandt : feu vert espagnol à Cevital pour un rachat

  3. Hier

    Déficit : Sapin croit à "l'objectif des 3%"

  4. Hier

    Recul historique du travail à domicile

  5. Hier

    Lauvergeon : "Des bruits viennent de gens qui ne me veulent pas du bien"

  6. Hier

    La TVA fête ses 60 ans

  7. Hier

    Les 3 Suisses devraient supprimer 198 postes

  8. Hier

    Travail dominical : les magasins de bricolage resteront bien ouverts

  9. Hier

    Dette : Barnier ne veut pas "un nouveau sursis" de Bruxelles

  10. Hier

    Alcool : nous buvons "moins mais mieux"

Europe 1 sur les réseaux sociaux
L'édito économique
Des fonctionnaires toujours plus nombreux  

Des fonctionnaires toujours plus nombreux

D'après l'Insee, le nombre d'agents des services publics et administratifs a continué de grimper en France, en 2012, malgré l'annonce des suppressions de postes.

Europe 1 Vidéos

Pour retrouver les vidéos d'Europe1, cliquez ici

Humour, politique, culture, sport, économie, découvrez toutes les vidéos d'Europe1.

Toutes les vidéosVidéos les plus vues