"Buy european act" : que propose Sarkozy?

Par Europe1.fr avec Carole Ferry

Publié le 12 mars 2012 à 00h38 Mis à jour le 12 mars 2012 à 12h09

© MAXPPP

Le président-candidat a lancé l’idée de réserver aides et marchés publics aux entreprises de l’UE.

"Le libre-échange, oui ! La concurrence déloyale non !", a lancé Nicolas Sarkozy, dimanche lors de son meeting de campagne à Villepinte. Et le président de la République d’argumenter en envisageant une réforme de l’espace Schengen et en proposant un "Buy european act" sur le modèle du "Buy america act". De quoi s’agit-il exactement et qu’en pensent les économistes ? Europe1.fr vous livre un début de réponse en attendant que l’UMP précise ses projets.

Que l’Etat et les collectivités achètent européen

Le "Buy america act" est une loi fédérale américaine qui impose aux autorités d’acheter américain dans le cadre des marchés publics. Sur ce modèle américain, Nicolas Sarkozy souhaite que l'Etat ou les collectivités locales lancent des marchés publics en partie réservés aux entreprises européennes, et notamment aux PME.

Le deuxième volet de sa proposition concerne les aides publiques européennes, que le candidat-président veut réserver aux seules entreprises qui produisent en Europe.

"Une action vertueuse sur le sol européen"...

Cette forme de protectionnisme est accueillie positivement par Laurent Vronski, vice-président de l’association d’entrepreneurs Croissance Plus. "L’idée, bien évidemment, ce n’est pas de favoriser les sociétés qui vont juste avoir un bureau de représentation en France ou en Europe et qui vont avoir l’essentiel de leur production dans les pays asiatiques", décrypte-t-il.

"L’idée est de pouvoir avoir une action vertueuse au niveau économique sur le sol européen, donc de pouvoir récompenser en quelque sorte les entreprises qui produisent en Europe", poursuit Laurent Vronski, avant de conclure : "puisque ces sociétés payent des impôts, payent des taxes, emploient du personnel et payent des charges sociales en Europe, il me semble logique qu’il y ait un juste retour de cet argent fiscal".

... mais aussi une entorse à la libre-concurrence

Qu'une mairie qui doit acheter des voitures par exemple, soit contrainte d'inclure des voitures de marque européenne et fabriquées en Europe semble évident. Sauf qu’au lieu de miser sur le jugement des décideurs politiques, la proposition du candidat Sarkozy est de l’inscrire dans la loi.

Or une telle règle écrite constituerait une entorse à la libre-concurrence et s’attirerait rapidement les foudres de Bruxelles, mais aussi des pays comme le Royaume-Uni. Nicolas Sarkozy se dit pourtant prêt à y aller seul, s’il n'obtient pas l'unanimité européenne au bout d'un an.

Le revers de la médaille

Au-delà des obstacles diplomatiques, cette forme de protectionnisme peut aussi avoir un effet pervers, comme le souligne Nicolas Veron, de l'institut économique Bruegel à Bruxelles. "La question économique est de savoir quels seraient les effets de mesures de ce type sur l’emploi et sur la croissance. Et là, les choses sont très ambigües", rappelle-t-il.

"Quand on adopte ce type de restrictions, d’une part on s’expose de manière très immédiate aux mesures de rétorsion de la part de nos partenaires internationaux. D’autre part, cela renchérit le coût de certains produits, de certains services dans les cas où les concurrents internationaux les offriraient pour un prix inférieur, une meilleure qualité ou les deux", poursuit Nicolas Veron, avant de conclure : "là, il y a une question de l’utilisation de l’argent public qui se pose à un moment où on n’a pas énormément d’argent dans les caisses de l’Etat".

  • a a
8

Et aussi

En ce moment sur Europe 1

Les dernières infos économiques
  1. Hier

    Xavier Beulin : les charges des agriculteurs "vont baisser de 3%"

  2. Hier

    Dosettes : Nespresso s'engage à modifier ses pratiques commerciales

  3. Hier

    Réduction des déficits : Montebourg veut des "contreparties" de Bruxelles

  4. Hier

    La Redoute supprime son "gros catalogue"

  5. Hier

    Reims : bonne nouvelle sur le front de l'emploi

  6. Hier

    La création d'entreprises en baisse en mars

  7. Hier

    PSA : en colère, ils offrent leurs primes aux Restos du Coeur

  8. Hier

    Smic : la proposition de Gattaz est "esclavagiste"

  9. Hier

    Angola : le projet à grande échelle de Total

  10. Hier

    3% de déficit : Sapin promet de les atteindre sans délai

  1. Hier

    Les eurodéputés votent l'union bancaire

  2. Hier

    Nantes : la fermeture de l'usine de la Seita confirmée

  3. Hier

    Smic : la proposition choc de Pierre Gattaz

  4. Hier

    La Société Générale condamnée à payer 2 millions d'euros

  5. Hier

    Ecotaxe : Royal veut faire payer les camions étrangers

  6. Hier

    Tarifs EDF : Pas de hausse avant le mois d'août

  7. Hier

    Alstom : 180 postes menacés en France

  8. Hier

    Quand l'Allemagne embauche, c'est toute l'Europe qui se précipite

  9. Hier

    Jeux en ligne : les paris sportifs ont la cote

  10. Hier

    Sapin : "3% en 2015, c'est notre stratégie budgétaire"

  1. Hier

    Nantes : l'usine de la Seita devrait fermer

  2. Hier

    Les banques ont supprimé 80.000 postes en 2013

  3. Hier

    La BCE envisage d'agir contre l'euro fort

  4. Hier

    SFR : Bouygues s'estime victime "d'anomalies"

  5. Hier

    Les chiffres de Pôle emploi labellisés

  6. Hier

    La Cour des comptes épingle l’endettement des hôpitaux

  7. Hier

    La Sécu a dépensé 1,4 milliard de moins que prévu en 2013

  8. Hier

    "Guerre des oursons" : Lindt reprend l’avantage

  9. Hier

    Electricité : la justice impose une hausse rétroactive des tarifs

  10. Hier

    FagorBrandt : feu vert espagnol à Cevital pour un rachat

  1. Hier

    Déficit : Sapin croit à "l'objectif des 3%"

  2. Hier

    Recul historique du travail à domicile

  3. Hier

    Lauvergeon : "Des bruits viennent de gens qui ne me veulent pas du bien"

  4. Hier

    La TVA fête ses 60 ans

  5. Hier

    Les 3 Suisses devraient supprimer 198 postes

  6. Hier

    Travail dominical : les magasins de bricolage resteront bien ouverts

  7. Hier

    Dette : Barnier ne veut pas "un nouveau sursis" de Bruxelles

  8. Hier

    Alcool : nous buvons "moins mais mieux"

  9. Hier

    FNSEA : Xavier Beulin réélu sans surprise

  10. Hier

    Siphons à chantilly : attention danger !

  1. Hier

    50 milliards d'économies : le texte en conseil des ministres le 23 avril

  2. Hier

    Toyota : 110.000 voitures rappelées en France

  3. Hier

    Pour Noyer (BCE), Valls fait une "erreur de diagnostic"

  4. Hier

    La loi sur la transition énergétique sera présentée "avant l'été"

  5. Hier

    Rythmes scolaires : ce que prévoit Valls

  6. Hier

    Valls : coup de pouce pour les plus modestes

  7. Hier

    Valls précise les 50 milliards d'économies

  8. Hier

    Emploi : Valls promet une baisse du coût du travail

  9. Hier

    Valls veut "redonner confiance aux Français"

  10. Hier

    Valls : "Réduire la fracture numérique"

Europe 1 sur les réseaux sociaux
L'édito économique
La fin de la Chine low-cost?

La fin de la Chine low-cost?

Une grève paralyse depuis le début de la semaine le fournisseur Chinois de Nike et d'Adidas, montrant à quel point "l'usine du monde" commence à devenir fragile.

Europe 1 Vidéos

Pour retrouver les vidéos d'Europe1, cliquez ici

Humour, politique, culture, sport, économie, découvrez toutes les vidéos d'Europe1.

Toutes les vidéosVidéos les plus vues