06h41

  • A
  • A
06h41
@ Editions Buchet Chastel
Partagez sur :

Le récit d’une amourette survenue trente ans plus tôt, et de son influence sur les deux personnages.

Ce livre est le premier sélectionné par le jury grand public du Prix Relay des voyageurs en février...Le train de 06h41 entre Paris et Troyes. C’est là que vont se retrouver par hasard les deux personnages principaux de ce roman, Philippe Leduc et Cécile Duffaut. Ils sont sortis ensemble durant près de quatre mois il y a 27 ans de cela. Tous les deux se reconnaissent, mais chacun fait comme si de rien n’était. Durant le trajet, ils vont dérouler dans leurs têtes le fil de leur courte histoire, puis de leurs vies respectives.

Jusqu’à présent ils n’avaient pas accordé d’importance particulière à cette amourette. Mais le lecteur suit le déroulement de leurs pensées, et réalise avec eux le poids de cette liaison sur leurs vies. On découvre en quoi elle a grandement contribué à faire d’eux ce qu’ils sont aujourd’hui. Et on suit en alternance les pensées d’un personnage puis de l’autre. Un élément de suspens sous-tend le récit : vont-ils enfin se parler ?

Les rôles s’inversent

Philippe Leduc a beaucoup vieilli, et perdu de sa superbe. Quand ils se sont connus il avait vingt ans, c’était un séducteur entouré d’amis, que les filles convoitaient. Aujourd’hui, il a lui-même conscience d’être « une caricature obèse et vieillie d’Hugh Grant dans Quatre mariages et un enterrement ». Cécile Duffaut était timide avec un physique quelconque, elle est à présent chef d’une entreprise en expansion. Elle est devenue une femme charmante qui s’affirme. Pourtant elle conserve des fragilités et des gestes maladroits, que son ex- amant reconnaît avec ironie. De son côté, elle discerne chez lui une certaine balourdise, qu’elle voyait à l’époque comme de la désinvolture.

Flashs-backs et vie quotidienne

A travers le fil de leurs monologues intérieurs, le lecteur comprend comment leur histoire a permis à Cécile Duffaut de vaincre sa timidité. Et à Philippe Leduc de dépasser certaines angoisses. Les personnages se dévoilent dans toute leur intimité, y compris sexuelle. On ausculte l’histoire de cette relation, puis la façon dont ils se sont construits par la suite. La narration fait des allers- retours entre des flash-backs et la vie actuelle.

A mesure que le voyage avance, les souvenirs se font plus précis. Dans le train, les personnages tournent autour de la retrouvaille attendue. Ils se frôlent, échangent des politesses comme deux inconnus… Jusqu’à l’arrivée sur le quai de la gare, et la fin – ou le début - du voyage.